Re: Bilal (Animal’z): la patte d’Enki

Acasă Discuții Autori BILAL Re: Bilal (Animal’z): la patte d’Enki

#4359
_Maxim_Maxim
Participant

L’histoire sans la raconter. C’est l’histoire d’un “coup de sang”. De notre planete, qui se révolte d’un coup d’un seul pour faire payer aux hommes les maltraitances qui lui ont été imposées. Dans ce monde qui les lâche, une poignée de personnages se regroupent pour rejoindre un des eldorados qui paraît-il subsisteraient, et au sein desquels les hommes auraient commencé a se réorganiser. Dans cette course contre la nature, l’hybridation homme-animal jouera un rôle certain, car ce groupe est composé a la fois de cobayes et d’un des peres de cette science. Un theme que l’auteur continue d’ailleurs de filer depuis la foire aux immortels (les Dieux de la trilogie Nikopol) et la tetralogie du monstres (les mouches…). On ne peut qu’apprécier cette démarche qui démontre, s’il était encore nécessaire de le prouver, que Bilal a bien son univers.
Povestea nepovestita. Este povestea unei „congestii”. A planetei noastre, care se revolta brusc pentru a-i face pe oameni sa plateasca malratarile la care a supus-o. In aceasta lume care-i lasa, o mana de personaje se regrupeaza pentru a-i gasi pe acele eldorado care se pare ca mai exista, unde oamenii ar fi inceput sa se reorganizeze. In aceasta cursa contra naturii, hibridarea om-animal va juca un rol anume, fiindca grupul este compus atat din cobai cat si din unul din parintii acestei stiinte. O tema pe care autorul continua de altfel de la targul nemuritorilor )Zeii trilogiei Nikopol) si tetralogia monstrilor (mustele…). Nu putem decat sa apreciem acest demers care demonstreaza, daca mai era necesar de dovedit, ca Bilal are universul lui.

On en pense quoi. D’abord c’est beau. Tres beau, mais bon, c’est Bilal, on ne s’attendait pas a moins. Apres la trilogie du Monstre, il a de ses propres termes “ressenti le besoin d’un travail plus primal”. Fini donc les 5 centimetres de gouache sur les planches, il s’est attaqué a cette histoire avec un papier gris et un retour au dessin au crayon gras, avec quelques rehauts aux pastels rouge ou blanche. Cette limitation des artifices graphiques, ce retour a l’essentiel du dessin sert nettement cette fable apocalyptique et écologique, en rapprochant le dessinateur d’un “état de nature” qui avait un peu disparu depuis le Sommeil du Monstre.
Ce sa credem. Mai intai, e frumos. Foarte frumos, dar deh, e Bilal, era de asteptat. Dupa trilogia Monstrului, dupa cum spunea el insusi, a „simtit nevoia de un lucru mai primar”. Gata cu cei 5 centimetri de guasa pe planse. El abordeaza povestea cu hartie gri si o revenire la desenul in creion moale, cu cateva accentuari in pasteluri rosu si alb. Aceasta limitare a artificiilor grafice, aceasta intoarcere la bazele desenului serveste clar acestei fabule apocaliptice si ecologice, apropiindu-l pe desenator de o „stare naturala” care disparuse oarecum de la Somnul Monstrului.
Sur la plan de l’histoire, pas de surprise, c’est du Bilal. Ca vole haut, parfois un peu artificiellement (le personnage ne s’exprimant que par citations de Nietsche et de Camus…). Le propos écolo est dans l’air du temps, mais on ne va pas lui reprocher, et l’histoire embarque suffisamment pour qu’on lise tout cela d’une traite.
Pe planul naratiunii, nicio surpriza, este Bilal. Bate departe, uneori putin artificial (personajul neexprimandu-se decat prin citari din Nietzche si Camus…). Aluzia ecologica pluteste mereu in aer, dar nu este de reprosat, iar povestea este destul de antrenanata pentru ca totul sa se citeasca dintr-o suflare.

Traité un peu comme un western, tout dans cette histoire respire l’urgence: l’urgence écologique, la puissance des déreglements climatiques (les températures changent en quelques instants, les montagnes se rapprochent…), l’urgence de la survie pour les protagonistes, de chacun isolément ou du groupe, l’urgence des dangers qu’ils affrontent… On prend l’histoire en cours, au moment ou tout va déja mal et le rythme ne décroit pas. Il y a bien ce défaut d’Enki Bilal d’avoir une narration parfois un peu elliptique, la faute sans doute au fait de ne dessiner que 3 ou 4 cases par planches, mais on s’en accomode toujours.
Tratat cam ca un western, totul in aceasta povesta este sub semnul urgentei: urgenta ecologica, forta dereglarilor climatice (temperaturile se schimba de la o clipa la alta, muntii se apropie…), urgenta supravieturii pentru protagonisti, a fiecaruia si a grupului, urgenta pericoleleor pe care le infrunta… Intram in poveste cand totul merge deja foarte rau si ritmul nu descreste. Avem de-a face cu acest defect al lui Bial care este eliptic uneori in naratiune, care vine fara indoiala din faptul ca deseneaza doar 3 sau 4 casete pe plansa, dar ne adaptam intotdeauna.

C’est pour qui. Pour les fans de Bilal, pour les amoureux des dauphins, pour les salariés de toute l’industrie pétro-chimique et automobile, pour ceux qui ne recyclent pas, et pour ceux qui ont une carte Greenpeace.
Pentru cine sa fie. Pentru fanii lui Bilal, pentru iubitorii de delfini, pentru salariatii industriei petro-chimice si a automobilelor, pentru cei care nu recicleaza si pentru cei care au o legitimatie Greenpeace.

casting. Auteur: Enki Bilal. Editeur: Casterman. Infos sur le site de l’éditeur. Prix: 18 euros.
CANARD BD
http://canardbd.20minutes-blogs.fr/archive/2009/03/12/bilal-animal-z.html
L’interview de Bilal au sujet de cet album sur http://pointgmagazine.fr/