BILAL

Acasă Discuții Autori BILAL

Acest subiect conține 47 de răspunsuri are 4 voci și a fost actualizat ultima dată de _Maxim _Maxim acum 4 ani, 11 luni.

Vizualizare 15 articole - 16 la 30 (din 48 în total)
  • Autor
    Mesaje
  • #4359 Răspuns
    _Maxim
    _Maxim
    Participant

    L’histoire sans la raconter. C’est l’histoire d’un “coup de sang”. De notre planete, qui se révolte d’un coup d’un seul pour faire payer aux hommes les maltraitances qui lui ont été imposées. Dans ce monde qui les lâche, une poignée de personnages se regroupent pour rejoindre un des eldorados qui paraît-il subsisteraient, et au sein desquels les hommes auraient commencé a se réorganiser. Dans cette course contre la nature, l’hybridation homme-animal jouera un rôle certain, car ce groupe est composé a la fois de cobayes et d’un des peres de cette science. Un theme que l’auteur continue d’ailleurs de filer depuis la foire aux immortels (les Dieux de la trilogie Nikopol) et la tetralogie du monstres (les mouches…). On ne peut qu’apprécier cette démarche qui démontre, s’il était encore nécessaire de le prouver, que Bilal a bien son univers.
    Povestea nepovestita. Este povestea unei „congestii”. A planetei noastre, care se revolta brusc pentru a-i face pe oameni sa plateasca malratarile la care a supus-o. In aceasta lume care-i lasa, o mana de personaje se regrupeaza pentru a-i gasi pe acele eldorado care se pare ca mai exista, unde oamenii ar fi inceput sa se reorganizeze. In aceasta cursa contra naturii, hibridarea om-animal va juca un rol anume, fiindca grupul este compus atat din cobai cat si din unul din parintii acestei stiinte. O tema pe care autorul continua de altfel de la targul nemuritorilor )Zeii trilogiei Nikopol) si tetralogia monstrilor (mustele…). Nu putem decat sa apreciem acest demers care demonstreaza, daca mai era necesar de dovedit, ca Bilal are universul lui.

    On en pense quoi. D’abord c’est beau. Tres beau, mais bon, c’est Bilal, on ne s’attendait pas a moins. Apres la trilogie du Monstre, il a de ses propres termes “ressenti le besoin d’un travail plus primal”. Fini donc les 5 centimetres de gouache sur les planches, il s’est attaqué a cette histoire avec un papier gris et un retour au dessin au crayon gras, avec quelques rehauts aux pastels rouge ou blanche. Cette limitation des artifices graphiques, ce retour a l’essentiel du dessin sert nettement cette fable apocalyptique et écologique, en rapprochant le dessinateur d’un “état de nature” qui avait un peu disparu depuis le Sommeil du Monstre.
    Ce sa credem. Mai intai, e frumos. Foarte frumos, dar deh, e Bilal, era de asteptat. Dupa trilogia Monstrului, dupa cum spunea el insusi, a „simtit nevoia de un lucru mai primar”. Gata cu cei 5 centimetri de guasa pe planse. El abordeaza povestea cu hartie gri si o revenire la desenul in creion moale, cu cateva accentuari in pasteluri rosu si alb. Aceasta limitare a artificiilor grafice, aceasta intoarcere la bazele desenului serveste clar acestei fabule apocaliptice si ecologice, apropiindu-l pe desenator de o „stare naturala” care disparuse oarecum de la Somnul Monstrului.
    Sur la plan de l’histoire, pas de surprise, c’est du Bilal. Ca vole haut, parfois un peu artificiellement (le personnage ne s’exprimant que par citations de Nietsche et de Camus…). Le propos écolo est dans l’air du temps, mais on ne va pas lui reprocher, et l’histoire embarque suffisamment pour qu’on lise tout cela d’une traite.
    Pe planul naratiunii, nicio surpriza, este Bilal. Bate departe, uneori putin artificial (personajul neexprimandu-se decat prin citari din Nietzche si Camus…). Aluzia ecologica pluteste mereu in aer, dar nu este de reprosat, iar povestea este destul de antrenanata pentru ca totul sa se citeasca dintr-o suflare.

    Traité un peu comme un western, tout dans cette histoire respire l’urgence: l’urgence écologique, la puissance des déreglements climatiques (les températures changent en quelques instants, les montagnes se rapprochent…), l’urgence de la survie pour les protagonistes, de chacun isolément ou du groupe, l’urgence des dangers qu’ils affrontent… On prend l’histoire en cours, au moment ou tout va déja mal et le rythme ne décroit pas. Il y a bien ce défaut d’Enki Bilal d’avoir une narration parfois un peu elliptique, la faute sans doute au fait de ne dessiner que 3 ou 4 cases par planches, mais on s’en accomode toujours.
    Tratat cam ca un western, totul in aceasta povesta este sub semnul urgentei: urgenta ecologica, forta dereglarilor climatice (temperaturile se schimba de la o clipa la alta, muntii se apropie…), urgenta supravieturii pentru protagonisti, a fiecaruia si a grupului, urgenta pericoleleor pe care le infrunta… Intram in poveste cand totul merge deja foarte rau si ritmul nu descreste. Avem de-a face cu acest defect al lui Bial care este eliptic uneori in naratiune, care vine fara indoiala din faptul ca deseneaza doar 3 sau 4 casete pe plansa, dar ne adaptam intotdeauna.

    C’est pour qui. Pour les fans de Bilal, pour les amoureux des dauphins, pour les salariés de toute l’industrie pétro-chimique et automobile, pour ceux qui ne recyclent pas, et pour ceux qui ont une carte Greenpeace.
    Pentru cine sa fie. Pentru fanii lui Bilal, pentru iubitorii de delfini, pentru salariatii industriei petro-chimice si a automobilelor, pentru cei care nu recicleaza si pentru cei care au o legitimatie Greenpeace.

    casting. Auteur: Enki Bilal. Editeur: Casterman. Infos sur le site de l’éditeur. Prix: 18 euros.
    CANARD BD
    http://canardbd.20minutes-blogs.fr/archive/2009/03/12/bilal-animal-z.html
    L’interview de Bilal au sujet de cet album sur http://pointgmagazine.fr/

    #4360 Răspuns
    _Maxim
    _Maxim
    Participant

    Le nouveau Bilal, Animal’z, organique et vivant
    C’est peu dire qu’Enki Bilal a pris une dimension singuliere dans le monde de l’art en France depuis quelques années. Chaque sortie de nouveauté est au moins l’assurance d’une expérience forte, esthétiquement originale, ou son trait si reconnaissable, froid et intense, ses couleurs habilement contrastées, assurent au lecteur un voyage unique.
    Nu e de ajuns sa spui ca Enki Bilal a capatat o dimensiune singulara in lumea artistica franceza in ultimii ani. Fiecare aparitie a sa este cel putin siguranta unei experiente puternice, estetic orginale, in care recunoastem linia lui rece si intensa, culorile contrastate cu abilitate,
    care-i asigura cititorului o calatorie unica.

    Deux ans apres la conclusion de sa tetralogie du Monstre, ou son dessin s’était allié au collage, a la photo, et a une expérimentation formelle exigeante, Bilal revient avec un album, Animal’z, ou il déploie ses qualités d’illustrateur animalier. Peu de couleurs ici, le bleu le dispute au noir et au gris, et le rouge point pour souligner l’envie de vivre des etres et personnages. Le propos tient de l’augure, il annonce un futur douloureux, ou l’homme est appelé a muter pour survivre dans un environnement toujours plus appauvri en ressources naturelles et dégradé par l’impact de l’activité humaine.
    La doi ani de la inchiderea tetralogiei Monstrului, unde desenul a insotit colajul, fotografia si o experimentare formala exigenta, Bilal revine cu un album, Animal’z, unde isi desfasoara calitatile de ilustrator animalier. Putin culori aici, albastrul se confrunta cu negrul si griul, iar rosul subliniaza pofta de a trai a fiintelor si personajelor. Este poveste augurala, anuntare unui viitor dureros, cand omul este determinat sa se schimbe pentru a supravietui intr-un mediu tot mai saracit de resurse naturale si degradat de impactul activitatii umane.

    Pour l’occasion, Bilal démontre si besoin qu’il est un formidable illustrateur animalier. Ses créatures et animaux évoluent toujours dans un univers ethéré, ou les infimes craquelures et les lambeaux de fumées conferent aux peaux, aux pierres, aux matieres une réalité fantasmagorique qui fait vraiment la marque de son dessin. Le mouvement est particulierement bien rendu et le peu d’effets de couleurs rend les etres compacts, bruts, et sert le propos de l’artiste.
    Cu aceasta ocazie, Bilal demonstreaza, daca mai era nevoie, ca este un formidabil desenator animalier. Creaturile si animalele sale evolueaza mereu intr-un univers eterat, in care fisurile infime si fuioarele de fum confera peilor, pietrelor, materiilor o realitate fantasmagorica, aceasta fiind o marca a desenului sau. Miscarea este indeobste bine redata si putinele efecte cromatice face ca fiintele sa fie mai compacte, brute, si servesc demersului artistului.

    Avec Animal’z, Bilal confirme son statut d’artiste visionnaire, et surtout il nous offre un album remarquable, qui doit etre apprécié pour lui-meme. Personnellement, je n’aime pas toutes les “périodes” de Bilal, mais je le trouve généralement excellent lorsqu’il se met, comme ici, a explorer des futurs hallucinés et crédibles, bien que terrifiants.
    Cu Animal’z, Bilal confirma statutul sau de artist vizionar si mai ales el ne ofera un album remarcabil, care trebuie sa fie apreciat in sine. Personal, nu-mi plac toate „perioadele” lui Bilal, dar il gasesc in general excelent atunci cand se pune, precum aici, sa exploreze viitorurile halucinate si credubile, desi terifiante.

    Le nouveau Bilal, Animal’z, organique et vivant

    #4361 Răspuns
    _Maxim
    _Maxim
    Participant

    Western futuriste habité par des personnages typés, l’album Animal’z est une rupture dans le travail du dessinateur yougoslave Enki Bilal. „C’est une réaction épidermique contre la peinture. Apres La Tétralogie du Monstre qui m’a pris 12 ans, j’avais besoin de revenir aux fondamentaux de l’art graphique, a savoir le dessin. Animal’z c’est un peu une thérapie. Un album en flux tendu réalisé d’une traite. Je savais qu’il n’y aurait pas de suite, que je ne retrouverais pas ces personnages.”
    Western futurist locuit de personaje caracteristice, albumul Animal’z este o ruptura in maniera desenatorului iugoslav Enki Bilal. „Este o reactie epidermica impotriva picturii. Dupa Tetralogia Monstrului care mi-a luat 12 ani, aveam nevoie sa revin la fundamentele artei grafice, la desen indeobste. Animal’z este intr-un gel o terapie. Un album in flux continuu realizat intr-un singur parcurs. Stiam ca nu va fi o urmare, ca nu voi reintalni aceste personaje.”

    Plutôt habitué des univers utopistes, Bilal place, cette fois-ci, son histoire dans un contexte presque réaliste. „Derriere chaque album, chaque travail, il y a des questions sur notre monde. Je suis un grand consommateur de médias. Mon parcours est lié a l’actualité, sauf que j’ai souvent l’impression d’avoir un petit pas d’avance sur la réalité. Mais je pense que 90 % de la trame de ce récit est réelle. Les personnages ont des préoccupations contemporaines. Ce n’est pas du tout un univers de science-fiction.”
    Mai degraba obisnuit cu universurile utopiste, Bilal plaseaa, de data asta, povestea intr-un context aproape realist. „In spatele fiecarui album, a fiecarei lucrari, se afla intrebari despre lumea noastra. Sunt un mare consumator de media. Parcursul meu este legat de actualitate, numai ca deseori am impresia ca sunt cu un pas inaintea realitatii. Dar cred ca 90% din trama poevestirii este reala. Personajele au preocupari contemprane. Nu este deloc un univers SF.

    Retour aux sources

    Habitué a des albums baroques et moins linéaires, le lecteur risque d’etre agréablement surpris par cet opus qui n’hésite pas a s’éloigner des paysages urbains si chers a Bilal. Ici, on passe son temps sur une banquise a la dérive. „Je cherche moi-meme a me surprendre pour continuer a prendre du plaisir. Mon métier est une chance, ça serait honteux de ne pas en profiter. J’ai atteint beaucoup de mes envies, beaucoup de mes objectifs, dont le premier, le principal en fait, est la liberté de création. J’ai la chance d’etre suivi par des lecteurs fideles qui se sont renouvelés en cours de route. Meme quand je les embarquais sur des voies un peu plus tortueuses, comme Le cycle du Monstre qui n’a pas été facile pour eux.”
    Obisnuit cu albumele baroce si mai putin lineare, cititorul risca sa fie surprins placut de acest opus care nu ezita sa se departeze de paisajele urbane ata de dragi lui Bilal. Aici, totul se petrece pe o bancgiza in deriva. „Caut sa ma suprind pe mine insumi pentru a continua sa-mi faca placere. Am atins multe dintre poftele mele, multe din obiectivele mele. dintre care primul, principalul de fapt, este libertatea creatiei. Am sansa de a fi urmat de cititorii fideli care s-au innoit pe parcurs. Chiar si cand ii ambarcam pe cai mai intortocheate, precum ciclul Monstrului care n-a fost usor pentru ei.”

    Hermétique, l’univers développé par Bilal ne se laisse généralement pas dompter a la premiere lecture. Dans ce domaine, Animal’z renoue avec plus de simplicité et un scénario moins alambiqué – qui n’est pas sans rappeler l’époque de la collaboration avec Pierre Christin.
    Ermetic, universul dezvoltat de Bilal nu se lasa in general imblanzit la prima lectura. In acest domeniu, Animal’z reinnoada cu mai mult simplicitate si un scenariu mai putin alambicat – care aduce aminte de colaborarea cu Pierre Christin.

    „Il existe plusieurs façons d’aborder cette BD. Il y a d’abord une histoire tres terre-a-terre: un western moderne avec des ours blancs en guise d’indiens. Il y a le récit de ces deux duellistes qui représentent la quintessence de l’esprit humain d’avant la catastrophe. Ils sont dans un nihilisme positif. Ces deux hommes ont atteint une forme de perfection dans un monde dont ils ne peuvent plus rien espérer. La troisieme lecture se fait en cinq images qui sont un peu des tetes de chapitre. On y suit l’évolution de la cohabitation entre l’homme et l’animal. Actuellement je considere que notre monde est arrivé a la troisieme image, celle ou l’homme vient en aide a l’animal fatigué. Cette thématique environnementale me touche de plus en plus. C’est pourquoi je vais la prolonger sur deux albums qui seront, toutefois, totalement indépendants de celui-ci. C’est un chantier qui m’excite, mais que je compte réaliser en parallele avec la réalisation de mon prochain film.”
    „Exista mai multe moduri de a aborda aceasta BD. Mai intai exista o poveste mai terestra: un western modern cu ursi albi in loc de indieni. Mai este povestea celor doi duelisti care reprezinta chintesenta spiritului uman in fata catastrofei. Amandoi, intr-un nihilism pozitiv. Cei doi au atins o forma de perfectiune intr-o lume de la care nu mai asteapta nimic. Cea de-a treia lectura se face in cinci imagini in chip de capete de capitol, unde urmarim relatia coabitarii intre om si animal. Personal cred ca am ajuns la cea de-a treia imagine, unde omul vine in ajutorul animalului obosit. Aceasta tematica ecologica ma atinge tot mai mult. De aceea as vrea sa o prelungesc pe doua albume, care vor fi totusi independente de acesta. Este un santier incitant, dar sper sa le realizez in acelasi timp cu realizarea noului meu film.”

    Vincent Genot

    http://www.levif.be/actualite/culture/72-61-31343/enki-bilal—-animal-z-c-est-un-peu-une-therapie-.html

    #4362 Răspuns
    _Maxim
    _Maxim
    Participant

    …Ce qu’on en pense sur la planete BD: Pour cette nouvelle aventure en one-shot, Enki Bilal nous a concocté un savant cocktail de genres. Futur probable, avec la terre qui se détruit de partout a cause du climat; western avec des personnages charismatiques qui traversent la terre en tentant de survivre; science-fiction avec les packs de mutation que les nantis peuvent s’offrir et qui permettent de passer du regne humain a celui d’animal (et inversement); horreur enfin, avec une ville détenue par une famille cannibale… Ce mélange est néanmoins parfaitement maîtrisé et réussi, conférant au récit la dose de rebondissements nécessaires pour captiver le lecteur du début a la fin. Les personnages qui tentent de survire individuellement au départ, puis ensemble dans un second temps, ont tous un charisme et une psychologie particuliere, qui donnent envie d’en apprendre plus. Certes le récit est un peu difficile a suivre au départ: ce dernier accumule les séquences distinctes… mais des qu’ils se rencontrent, la question ne se pose plus et l’histoire peut débuter. Le tout est dessiné essentiellement au crayon noir et aux pastels gras, accordant un résultat bleu-gris prenant corps dans de larges cases (souvent des demi pages completes), déstabilisant pour les non-initiés. On finit néanmoins par s’habituer assez vite a ce visuel (la Bilal’s touch) qui colle parfaitement au ton sombre de l’histoire. Un tres bon album, qui s’étale en outre sur une centaine de pages, pour le plus grand plaisir des fans…

    …Ce se vorbeste pe planeta BD: Pentru aceasta nou aventura in one-shot, Enki Bilal ne-a pregatit un cocktail savant de genuri. Viitor probabil, cu pamantul care se distruge de peste tot din cauza climatului; western cu personaje carismatice care traverseaza pamantul incercand sa supravietuiasca; SF cu pack-uri de mutatie pe care si le pot oferi cei mai instariti si care permit trecerea de la regnul uman la cel animal (si invers); in sfarsit groaza, cu orasul proprietatea unei familii canibale… Acest amestec este insa perfect stapanit si reusit, conferand povestii doza de neprevazut necesar pentru captivarea cititorului de la inceput pana la sfarsit. Personajele care incearca sa supravietuiasca individual la inceput, apoi impreuna intr-un al doilea timp, au toata o carisma si o psihologie specifica, care te ademensc sa afli mai multe. Povestirea este putin dificil de urmarit intr-o prima faza, prin acumularea de secvente distincte… dar cum se intalnesc, nu mai e nicio problema si povestea poate incepe. Totul este desenat esentialmente in creion negru si patel gras, intr-un rezultat albastru-gri in casete mari (deseori jumatati de pagina), destabilizant pentru neinitiati. Dar ajungem sa ne obisnuim destul de repede la acest demers vizual (Bilal’s touch) potrivit perfect povestii sumbre. Un foarte bun album, care se intinde de altfel si pe vreo suta de pagini, pentru cea mai mare placere a fanilor…
    Jonathan Bara
    http://www.planetebd.com/BD/bande-dessinee-Animal-z-7212.html

    #4363 Răspuns
    _Maxim
    _Maxim
    Participant

    Impresii de lectura:

    1. o prima impresie de storyboard pentru viitorul film.
    Filmul este un vis de autor de bedele, si Enki Bilal a visat SF si western… dar iata ce se-ntampla cand visele se implinesc! 😆

    #4364 Răspuns
    _Maxim
    _Maxim
    Participant

    2. Simplitate si superficialitate, amestecate. Simplicitate? 8) Creioanele sunt inegale: valorari savante ale palariilor de cow-boys si neglijenta in redarea unor parti anatomice, ceturi si aburi ce contribuie la o dinamica „obosita”, dar si cadre largi „aburite”, fara profunzimea si claritatea de altadata (cert, e vorba despre un „act” singular in opera lui)… Expresiile inghetate ale oamenilor fac animalele sa para singurele fapturi „calde”, cu expresii (faciale si corporale) vesele, chiar caraghioase!

    Montajul nu este punctul forte. Liniaritatea ramane in ciuda montajului paralel din prima parte inainte de intalnirea grupurilor de personaje „afluente” ale naratiunii principale.

    Toate astea, si cele care or mai urma, pot foarte bine sa fie si calitati pentru unii, altii 😉

    #4365 Răspuns
    _Maxim
    _Maxim
    Participant

    3. Minimalismul grafic, ca moft artistic. Nu foloseste povestii. Hm…care poveste? 😈 Autorul insusi spune ca este o intoarcere la creionaj in baleiaj de griuri plate in mare parte 😯 care nu se va mai repeta, asa cum nici povestea (care poveste?) nu va mai continua (desi as fi curios cum se poate continua „care poveste?”).

    Pre-concluzie: e atat de „fasonat” autorul (cum nu e lucrarea) incat ma face sa-l fac bucati! de invidie, bineinteles.

    (va urma)

    #4366 Răspuns
    _Maxim
    _Maxim
    Participant

    “…ou le lecteur se fabrique sa propre histoire”

    Rencontre avec un artiste qui a fait basculer la BD dans la modernité

    Enki Bilal est un inquiet que le succes n’a pas rassuré. L’homme qui nous reçoit dans son atelier parisien a un jet de pierre de l’église Saint-Eustache a beau etre une sorte de “trésor national vivant”, l’un des auteurs de BD les plus appréciés des trente dernieres années, on le sent concentré, tendu. Peut-etre les trois ou quatre cafés qu’il lui faut chaque matin “pour mettre [son] cerveau en marche”. Ou bien les séquelles du festival de BD d’Aix-en-Provence, bains de foule, séances de dédicaces, dont il revient a peine. “Shooté” a l’info, grand dévoreur de presse, mais discret, indépendant, cet artiste au regard noir déteste les rumeurs et porte autant de soin a son image qu’un chat a son pelage. Ce globe-trotteur impénitent qui, avec La Foire aux immortels, Partie de chasse et Le Sommeil du Monstre, a fait basculer la BD française dans la modernité, poursuit avec Animal’z sa trajectoire sur un mode plus “allegro”. Formes épurées, humour pince-sans-rire: puissance du trait, ce western aquatique marque un tournant dans l’œuvre protéiforme de Bilal. L’intégralité des dessins de cet album fera l’objet tout l’été d’une expo parisienne.
    Apres une enfance passée a Belgrade, vous avez 10 ans lorsque vous arrivez en France en 1961, avec votre mere et votre sœur. Comment avez-vous vécu ce grand “déplacement”?

    Comme quelque chose de brutal. Nous ne connaissions pas grand-chose a la France et nous ne parlions pas la langue. Mon pere, lui, y vivait déja depuis cinq ans, officiellement il était a Paris “en voyage d’affaires”… Nous parlions toujours de le rejoindre, mais rien n’avançait vraiment, et puis par un concours de circonstances nous avons obtenu des visas, et un mois plus tard nous étions dans le train. Entre 5 et 10 ans, je n’ai eu aucun contact avec mon pere, seulement quelques lettres, des colis, un peu d’argent. De lui, je ne me souvenais que de l’odeur des cigarettes qui imprégnait ses vetements. Sur les photos, il était blond, il avait les yeux bleus. Ma mere nous emmenait au cinéma voir des westerns, je m’étais pris d’affection pour Richard Widmark parce que je trouvais qu’il lui ressemblait. Apres un long voyage, nous arrivons gare de l’Est. Il fait nuit, et cet homme est la, sur le quai, qui nous attend avec un ami. Je l’identifie a l’odeur de cigarette, mais je ne le reconnais pas. Ce qui nous frappe avec ma soeur, ce sont les retrouvailles de nos parents : on dirait deux étrangers, il y a quelque chose de perdu et de définitif.

    Pourquoi votre pere était-il parti?
    Pour réussir. Comme beaucoup d’hommes de l’Est, il avait un reve occidental en tete. Il était maître tailleur et, jusqu’a son départ, s’occupait personnellement de la garde-robe de Tito [le président de la Yougoslavie de 1943 a 1980, NDLR], ils s’étaient connus dans la résistance et avaient sympathisé. Mais mon pere a toujours refusé d’entrer au Parti communiste ou de profiter des largesses que Tito distribuait a ses compagnons d’armes. Ma mere n’a jamais compris qu’il ait refusé une maison, mais lui voulait a tout prix rester libre. Son attitude a peut-etre fini par lasser… Cela dit, nous avons pu partir sans etre inquiétés.

    Votre pere était bosniaque et musulman et votre mere tcheque et catholique. Y avait-il beaucoup de couples mixtes a l’époque?
    A Belgrade oui, et c’est ce qui faisait la beauté de cette ville. Bilal est un nom d’origine ottomane, c’est ainsi que s’appelait le premier muezzin de l’islam, un ancien esclave noir qui, dit-on, avait une tres belle voix… Ce n’était pas un patronyme tout a fait anodin. Déja en temps de paix ce qui primait dans la société yougoslave c’était l’appartenance a son ethnie, a sa communauté, a sa religion. L’identité nationale n’existait pas, mais les différences s’exprimaient alors sur le ton de la plaisanterie, comme en France un Breton peut chambrer un Alsacien. Cela finissait souvent en accolades et autour d’un verre de slivovitz, puisque la plupart des musulmans de Bosnie buvaient – et boivent encore – de l’alcool. Le football, aussi, cristallisait tout ça, les affrontements se faisaient dans les stades. Lorsque l’Etoile rouge de Belgrade se déplaçait a Zagreb, a Split ou a Skopje, il y avait un enjeu plus grand que le sport.

    A quoi ressemble la France dans laquelle vous arrivez en 1961?
    Pas a l’Eldorado que l’on imaginait a Belgrade. Nous nous retrouvons dans un petit appartement sans confort en banlieue parisienne, a La Garenne-Colombes. Avec une vie assez difficile économiquement. Tres vite nous comprenons, ma sœur et moi, que notre avenir va se jouer a l’extérieur. Et cela nous donne une vraie volonté d’intégration. Bons éleves, nous apprenons le français rapidement et nous faisons pas mal de copains. Mon pere d’ailleurs nous coupe de la diaspora yougoslave pour que l’immersion soit totale. Cette nouvelle langue me passionne, je me plonge des heures dans la lecture de classiques et découvre la bande dessinée grâce aux magazines dont m’abreuve un copain: Spirou, Tintin, Pilote… Bref, je décide de tirer un trait sur mon enfance heureuse a Belgrade pour vivre pleinement une adolescence bien française.

    Cela dit lorsque le conflit éclate en Yougoslavie, cette enfance refoulée vous revient en pleine face. La Tétralogie du Monstre, les quatre albums que vous avez publiés dans la derniere décennie, en est directement inspirée…
    J’avais quand meme gardé des liens la-bas, de la famille, j’y étais retourné deux ou trois fois, et surtout je n’ai jamais oublié la langue. Le traitement que les médias occidentaux ont réservé a ces guerres m’a révolté, leur propension a simplifier les choses, a décider qu’il y avait dans cet enfer des “bons” et des “méchants”. A ce stade, ce n’était meme plus de la légereté, mais une paresse intellectuelle assez suspecte. Le Nouvel Obs m’a proposé d’aller faire un reportage “a chaud”, mais j’ai refusé, ce n’était pas a moi de le faire, il ne faut pas envoyer n’importe qui sur le terrain, il y a d’excellents reporters de guerre.

    La rumeur a couru un moment que vous étiez pro-Serbe et que vous seriez allé a Belgrade pour serrer la main de Milosevic…
    C’est ce qu’a prétendu Hermann [dessinateur belge, auteur notamment de la série Jeremiah] au cours d’une conférence de presse. Evidemment, c’était completement faux, jamais je n’aurais fait une chose pareille ! J’ai tout de suite envoyé un démenti a tous les journalistes présents et j’ai appelé Hermann. La conversation était surréaliste, il n’arretait pas de me dire: “Ça me rassure que tu n’aies pas fait ça…” Cela en dit long sur la désinformation et les rumeurs qui régnaient a l’époque. C’est tout cela, ce pathos, ces approximations, ce n’importe quoi qui m’ont poussé a me lancer dans l’aventure du Monstre. Je ne savais pas par quel bout traiter le sujet, mais en revanche j’étais sur qu’il ne fallait pas hésiter devant la complexité.

    De toutes vos œuvres, c’est de loin la plus ambitieuse et la plus dense, tant dans le récit que dans les themes abordés: le clonage, les extrémismes religieux…
    Lorsque j’ai eu le premier volume en main pour une ultime relecture, j’ai eu le sentiment d’avoir accouché d’un monstre. J’avais fait le pire: l’intégrisme religieux devenu fou, l’obscurantisme, la dictature, la censure… Meme le peu d’humour que j’avais pu glisser était d’une noirceur terrifiante. Je savais qu’il y aurait plusieurs volumes, je me suis dit: “Il faut que je sorte de la, que je sauve mes personnages a tout prix.” J’avais commencé le deuxieme volume lorsque se sont produits les attentats du 11 Septembre… Une scene que j’avais dessinée dans le premier album ! Comme si Warhole, l’un de mes personnages, mon artiste fou, était soudain sorti des pages pour réaliser l’un de ses épouvantables happenings. Soudain la réalité rattrapait et dépassait la fiction.

    Ce n’est pas la premiere fois que vos histoires anticipent sur la réalité. Vous travaillez avec une boule de cristal?
    Non, je ne suis ni mystique ni visionnaire. Je fais juste un travail de prospective comparable a celui de certains journalistes, la différence c’est que je n’ai pas l’obligation d’etre rationnel. Je n’hésite jamais a prendre des libertés, a franchir l’espace qui sépare le plausible du vraisemblable, je grossis les traits. En France, on a tendance a réduire la culture, les arts, la pensée au présent et au passé. Les gens intelligents ne parlent que d’aujourd’hui et d’hier. Le futur a toujours été considéré comme quelque chose d’inutile, d’anecdotique, voire d’un peu dégradant. Les auteurs comme Philip K. Dick, Roger Zelazny, Frank Herbert ou Ray Bradbury, c’est de la SF, un sous-genre. Pour moi, au contraire, c’est fondamental ; on ne ressort pas indemne de la lecture de Lovecraft, de ses visions… Des mes débuts, le futur a été au coeur de mon travail.

    Animal’z, votre nouvel album, s’inscrit dans la meme veine. La aussi, le futur n’est pas tres réjouissant: la planete s’est révoltée, les climats sont completement déréglés, les survivants cherchent leur chemin dans le brouillard…
    Je n’ai fait qu’un peu extrapoler ce qui est déja a l’œuvre, les cyclones, les tremblements de terre, les tsunamis… Mais je n’avais pas envie de montrer des villes qui s’effondrent, ni des cohortes de réfugiés, j’ai eu mon compte d’atrocités avec le Monstre. En dix lignes, j’ai planté le décor et j’ai démarré une histoire plus légere. J’avais envie de western, alors j’en ai visionné plus d’une centaine, John Ford, Sam Peckinpah, Sergio Leone. J’ai tenté de retrouver la simplicité de leur narration. Dans Animal’z, on va d’un point A a un point Z, on traverse des paysages désolés, on se bat en duel et, en chemin, on rencontre des populations indigenes, sauf qu’il ne s’agit pas d’Indiens mais de dauphins et d’ours blancs. Et que l’action se déroule en grande partie sur l’eau… Cette fois, je me suis laissé porter par l’histoire, j’arrivais le matin sans savoir ou j’allais, j’avançais avec les personnages. Cela a été incroyablement stimulant; c’est la premiere fois que je fais un album aussi vite. D’ailleurs, je compte en faire deux autres dans la meme veine, mais autour d’un élément a chaque fois différent – l’air, le feu? – et avec des personnages indépendants d’une histoire a l’autre.

    “Cela fait déja longtemps que je m’intéresse davantage aux personnages et aux situations qu’aux ‘rebondissements percutants’.”
    L’histoire passe souvent au second plan, on a l’impression qu’elle sert surtout de prétexte…

    Bien sur. Certains critiques reprochent d’ailleurs a Animal’z un “manque de récit solide et de rebondissements percutants”. Pourtant, cela fait déja longtemps que je m’intéresse davantage aux personnages et aux situations qu’aux “rebondissements percutants”. Je n’ai jamais été passionné par les scenes d’action et, depuis que je fais des films, je n’ai plus envie de surdécouper mes histoires. J’aime les ellipses et ce qu’on ne voit pas entre deux images, cet espace ou le lecteur se fabrique sa propre histoire.

    Vous avez été l’un des tout premiers a faire le grand saut vers le cinéma avec Bunker Palace Hotel en 1989. Depuis, vous avez tourné deux autres films, qu’est-ce qui vous a poussé a lâcher vos pinceaux pour passer derriere la caméra?
    C’est une passion d’enfance, au meme titre que la bande dessinée. La différence, c’est que la BD est un artisanat, il suffit d’avoir du papier et un crayon. Si je n’avais pas eu le don du dessin, j’aurais tenté une école de cinéma. C’est Alain Resnais, avec lequel j’ai travaillé sur les décors de La vie est un roman en 1982, qui m’a conforté dans l’idée que faire un film sans etre sorti de la Femis était possible. Je ne voulais pas faire du cinéma mais faire “mes” films. Me servir d’autres outils, d’un autre langage pour exprimer le meme univers, les memes obsessions que dans mes BD. Je n’ai d’ailleurs pas cherché a plaire, ni a arrondir mes angles. Meme Immortel, qui curieusement est passé pour un “blockbuster”, un film a grand spectacle, n’a pas franchement séduit les amateurs du genre. Je me souviens d’un jeune qui, au cours d’un débat en banlieue parisienne, m’a lancé : “Hé, m’sieur, y a deux de tension dans votre film!” Le film a quand meme fait un million d’entrées.

    Il y a deux ans, Bleu sang, l’une de vos toiles, s’est vendue a 177 000 euros lors d’une vente aux encheres, un prix qui dépasse ceux de certains artistes contemporains. Qu’est-ce que cela a changé pour vous?
    Je n’ai pas acheté d’Aston Martin rose, et contrairement a la rumeur je n’ai pas des maisons partout dans le monde, seulement des amis qui m’hébergent. Evidemment, cet argent me soulage de beaucoup de choses car dans ce métier on n’est jamais sur de rien et les retraites n’existent pas. J’avais peint cette série en 1994 et a l’époque j’en avais vendu certaines 70 000 francs, et la… Au-dela de ma petite personne, cette reconnaissance économique est une bonne chose pour la BD en France. Contrairement a ce que beaucoup persistent a penser, ce n’est ni un sous-art, ni une sous-culture. Malheureusement, nous sommes dans un pays ou le verbe domine tout le reste. L’auteur, c’est celui qui écrit, le dessin n’est qu’une illustration accessoire. A la limite, s’il y a trop d’images et d’imaginaire dans un livre, il perd son crédit. Ce n’est pas sérieux, le dessin, c’est lié a l’enfance, apres, quand on est grand, on arrete…

    Propos recueillis par Stéphane Jarno Télérama n° 3095
    http://www.telerama.fr/livre/enki-bilal-le-futur-a-toujours-ete-considere-comme-inutile-anecdotique-voire-un-peu-degradant,42495.php

    #4367 Răspuns
    _Maxim
    _Maxim
    Participant

    “…unde cititorul isi fabrica propria poveste”

    Intalnire cu artistul care a adus modernitatea in BD.
    Enki Bilal este un nelinistit pe care succesul nu l-a astamparat. Omul care ne primeste in atelierul lui parizian, la o arunca tura de piatra de biserica Saint-Eustache degeaba e considerat o “comoara nationala vie”, unul dintre autorii de BD cei mai apreciati in ultimii treizeci de ani, il simtim concentrat, incordat. Poate cele trei sau patru cafele de care are nevoie pentru a-i pune „creierul in miscare”. Sau poate sechelele festivalului BD din Aix-en-Provence, cu bai de multime, sedinte de autografe, din care abia isi revine “Shootat” cu iinformatie, devorator de presa, dar discret, independent, acest artist cui privirea neagra detesta zvonurile si are atata grija de imaginea sa precum o pisica de blana ei. Acest globe-trotteur neobosit care, cu La Foire aux immortels, Partie de chasse si Le Sommeil du Monstre, a adus modernitatea in Banda Desenata franceza, continua cu Animal’z traiectoria sa intr-un mod mai “allegro”. Forme epurate, umor scrasnit: forta liniei, acest western acvatic marcheaza o cotitura in opera proteiforma a lui Bilal. Integralitatea desenelor din acest album va face obiectul in aceasta vara al unei expozitii pariziene.
    Dupa o copilarie petrecuta la Belgrad, aveati 10 ani cand ajungeati in Franta in 1961, cu mama si sora dumneavoastra. Cum ati trait aceasta mare „deplasare”?

    Ca pe ceva brutal. Nu stiam mai nimic despre Franta si nu vorbeam limba. Tatal meu, in schimb, traia aici de cinci ani, el fiind la Paris, oficial „in calatorie de afaceri” [in interes de serviciu]… Vorbeam mereu sa mergem la el, dar nu se intmpla niciodata nimic, iar printr-un concurs de imprejurari am obtinut vizele si o luna mai tarziu eram in tren. Intre 5 si 10 ani, n-am avut niciun contact cu tatal meu, doar cateva scrisori, pachete, ceva bani. Nu-mi aminteam decat mirosul de tutun din hainele lui. In fotografii, el era blond, cu ochi albastri. Mama ne ducea la cinema pentru a vedea westernuri si-l iubeam pe Richard Widmark pentru ca mi se parea ca-i semana. Dupa o lunga calatorie, ajungeam la Gara de Est. Era noapte, iar acel om era acolo, pe peron, care ne astepta impreuna cu un prieten. Nu-l recunosteam. Ceea ce ne-a socat pe mine si sora mea a fost reintalnirea parintilor nostri: parca niste straini, era ceva pierdut si ceva definitiv.
    De ce plecase tatal?
    Pentru a reusi in viata. Ca multi oameni din Est, avea un vis occidental in cap. Era croitor si, pana la plecare, se ocupa personal de garderoba lui Tito. [presedintele Iugoslaviei din 1943 pana in 1980, n.r.]. Se cunoscusera in rezistenta si simpatizasera. Dar tatal meu refuzase mereu si intre in Partidul comunist sau sa profite de larghetea lui Tito fata de tovarasii lui de arme. Mama n-a inteles niciodata de ce el refuza o casa, vrand sa fie liber cu orice pret. Atitudinea lui poate ca a ajuns sa plictiseasca… Astfel ca am plecat fara sa avem nicio ingrijorare.
    Tatal era bosniac si musulman, iar mama, ceha si catolica. Erau multe cupluri mixte in acea vreme?
    La Belgrad da, si aceastea era frumusetea acestui oras. Bilal este un nume de origine otomana, asa se numea primul muezin al Islamului, un fost sclav negru care, se zice, avea o voce foarte frumoasa… Nu era un nume oarecare. Deja pe timp de pace atunci, in societatea iugoslava era importanta apartanenta la etnia sa, la comunitatea sa, la religia sa. Identitatea nationala nu exista, dar diferentele se exprimau atunci pe un ton glumet, asa cum in Franta un Breton se ia de un Alsacian. Toate astea se terminau cu o imbratisare si la un pahar de slibovita, si asta pentru ca majoritatea musulmanilor din Bosnia beau – si inca mai beau – alcool. Fotbalul, de asemenea, crsitaliza toatea acestea, confruntarile aveau loc in stadioane. Atunci cand Steaua Rosie Belgrad se deplasa la Zagreb, la Split sau la Skoplie, era o miza mai mare decat sportul.
    Cum era Franta in care soseati in 1961?
    Nu era acel Eldorado pe care ni-l inchipuiam la Belgrad. Ne aflam intr-un apartament mic fara confort de la periferia pariziana, la La Garenne-Colombes. Cu un trai destul de greu economic. Am inteles foarte repede, eu si cu sora mea, ca viitorul nostru se va juca in exterior. Si asta ne dadea o puternica dorinta de integrare. Elevi buni, invatam franceza repede si ne faceam multi prieteni. Tatal ne-a si rupt de diaspora iugoslava pentru ca imersiunea sa fie totala. Aceasta noua limba ma pasiona si ma adanceam ore-n sir in lectura clasicilor si descoperam banda desenata datorita revistelor cu care ma alimenta un amic: Spirou, Tintin, Pilote… Pe scurt, m-am decis sa trag linie peste copilaria mea fericita la Belgrad si sa traiesc din plin o adolescenta foarte frantuzeasca. Astfel, cand a izbucnit conflictul in Iugoslabia, aceasta copilarie refulata m-a coplesit.
    Tetralogia Monstrului, cele patru albume pe care le-ati publicat in ultimul deceniu de acolo se inspira nemijlocit…
    Mai pastrasem legaturi acolo, rude, ma mai intorsesem de doua sau de trei ori si mai ales n-am uitat niciodata limba. Felul in care media occidentala a tratat aceste razboaie m-a revoltat, propensiunea spre simplificare a facut ca sa apara in acest infern „buni” si „rai”.
    (va urma)

    #4368 Răspuns
    _Maxim
    _Maxim
    Participant

    In aceast stadiu, nu mai era vorba de lejeritate, ci de o lene intelectuala destul de suspecta. Revista Le nouvel Observateur mi-a propus sa ma duc sa fac un reportaj “la cald” dar am refuzat, nu era treaba mea, nu trimiti pe orcine pe teren, exista excelenti reporteri de razboi.

    Se zvonea ca atunci erati pro-sarbi si ca v-ati fi dus la Belgrad pentru a da mana cu Milosevici…
    Este ceea ce a pretins Hermann [Desenator belgian, mai cunoscut ca autor al seriei Jeremiah] in cursul unei conferinte de presa. Evident, era complet fals, n-as fi facut niciodata asa ceva! Am trimis numaidecat o dezmintire tuturor jurnalistilor prezenti si l-am sunat pe Hermann. Conversatia a fost suprarealista, nu inceta sa-mi spuna: “Sunt mai linistit sa aflu ca tu n-ai facut asta…” Aceasta este graitor pentru dezinformarea si despre zvonurile care stapaneau acele vremuri. Toate astea, patosul, aproximatiile, nimicurile astea m-au impins in aventura Monstrului. Nu stiam de unde sa sa apuc subiectul, in schimb eram sigur ca nu trebuia sa cedez in fata complexitatii.

    Nota: Am discutat cu Hermann (Huppen) despre “galceava” cu Enki (Bilal) si belgianul ramasese la parerea lui (televizata), mai ales ca ea a ramas si… desenata in albumul sau “Sarajevo tango” (1995). Confirmarea am avut-o si de la Yves (Huppen). Nu intru in detalii, dat fiind ca discutiile au fost off the record. Reactia poate fi inteleasa prin faptul ca Enki era plasat in tabara musulman-bosniaca, prin etnia tatalui, iar atitudinea lui „echidistanta” parea TRADARE. Enki a fost copilul de 10 ani care a ajuns la tatal de origine musulmana care traia la Paris*…
    (va urma)

    *Tata e plecat in interes de serviciu – Otac na sluzbenom putu (1985), film de Emir Kusturica…si iata ca avem doi bosniaci care n-au avut parti-pris in razboaiele iugoslave!
    povestea se…compexeaza
    vedem mai departe (in romaneste), ca merita

    #4369 Răspuns
    _Maxim
    _Maxim
    Participant

    Din toate lucrarile dumneavoastra, este de departe cea mai ambitioasa si cea mai densa, atat in poveste cat si in temele abordate: clonarea, extremistii religiosi…
    Atunci cand aveam in mana primul volum pentru o ultima lectura, am avut sentimental ca am dat nastere unui monstru. Iscasem ce era mai rau: integrismul religios devenit nebun, obscurantismul, dictatura, cenzura… Chiar si putinul umor pe care-l strecurasem era de o intunecime terifianta. Stiam ca urmau sa fie mai multe volume si mi-am zis: “Trebuie sa ies de aici, sa-mi salvez personajele orice-ar fi.” Incepeam cel de-al doilea volum cand s-au produs cele doua atentate din 11 septembrie… O scena pe care o desenasem in primul album! Ca si cum Warhole, unul din personajele mele, artistul nebun, iesise brusc din planse pentru a realiza unul din inspaimantatoarele lui happeninguri. Deodata realitatea ajungea din urma si intrecea fictiunea.

    Nu era prima data cand povestile dumneavoastra anticipeaza realitatea. Va folositi de o bula de cristal?
    Nu, nu sunt nici mistic nici vizionar. Eu fac doar o treaba de prospectiva, cam asa cum fac si jurnalistii, diferenta fiind ca eu nu am obligatia sa fiu rational. Nu ma sfiesc sa-mi iau orice libertate, sa depasesc spatiul care separa plauzibilul de verosimil, eu ingrosez trasaturile. In Franta, exista tendinta de a reduce cultura, artele, gandirea la prezent sau la trecut. Oamenii inteligenti nu vorbesc decat de ieri sau de astazi. Viitorul a fost mereu considerat precum ceva inutil, anecdotic, chiar un pic degradant, Autori precum Philip K. Dick, Roger Zelazny, Frank Herbert sau Ray Bradbury, sunt SF, un sub-gen. Pentru mine, dimpotriva, este fundamental; nu scapi intreg din lectura lui Lovecraft, din viziunile lui… De la inceputurile mele, viitorul a fost in miezul lucrarilor mele.

    Animal’z, noul dumneavoastra album, se-nscrie pe aceeasi cale. Si aici, viitorul nu este foarte vesel: planeta s-a revoltat, clima s-a dereglat complet, supravietuitorii isi cauta drumul prin ceata…
    Eu nu am facut decat sa extrapolez ceea ce se intampla deja, cicloanele, cutremurele, tsunami… Dar n-aveam pofta sa arat orase care se scufunda, nici cohortele de refugiati, mi-au ajuns atrocitatile din Monstrul. In zece randuri, am ridicat un decor si am demarat o poveste mai usoara. Aveam pofta de un western si am vizionat peste o suta, John Ford, Sam Peckinpah, Sergio Leone. Am incercat sa regasesc simplitatea naratiunii lor. In Animal’z, mergem de la un punct A la un punct Z, strabatem peisaje pustii, ne batem in duel si, in drum, intalnim populatii indigene, numai ca nu mai e vorba de indieni ci de delfini si ursi albi. Iar actiunea se petrece in mare parte pe apa… De data aceasta, m-am lasat dus de poveste, veneam dimineata fara sa stiu unde sa ma duc, inaintam cu personajele. Aceasta a fost incredibil de stimulant.; pentru prima data faceam un album asa de repede. De altfel, am de gand sa mai faca in acest fel inca doua albume, dar in jurul unui element diferit de fiecare data – aer, foc? – si cu personaje independente de la o poveste la alta.

    ”A trecut multa vreme de cand ma intereseaza mai mult personajele si situatiile decat intorsaturile percutante.”
    Povestea trece deseori in plan secund, avem impresia ca ea serveste mai mult ca pretext…

    Bineinteles. Anumiti critici reproseaza de altfel lui Animal’z o „lipsa a naratiunii solide si a intorsaturilor percutante.” percutants”. Si totusi, de mult timp ma intereseaza mai mult personajele si situatiile decat „intorsaturile percutante”. N-am fost niciodata pasionat de scenele de actiune si, de cand fac filme, nu mai am chef sa supradecupez povestile mele. Imi plac elipsele si ceea ce nu se vede intre doua imagini, acest spatiu in care cititorul isi fabrica propria poveste.
    (va urma)

    #4370 Răspuns
    _Maxim
    _Maxim
    Participant

    Ati fost printre primii care ati facut marele salt la cinema cu Bunker Palace Hotel in 1989. De-atunci, ati turnat alte doua filme. Ce v-a determinat sa lasati pensulele si sa treceti in spatele camerei de filmat?
    Este o pasiune din copilarie, la fel ca si banda desenata. Diferenta este ca BD este un artizanat si e de ajuns hartia si un creion. Daca n-as fi avut darul desenului, as fi urmat o scoala de cinema. Alain Resnais, cu care am lucrat la decorurile de la La vie est un roman in 1982, este cel care m-a convins ca se poate film si fara sa faci scoala de film. Eu nu voiam sa fac cinema, ci filmele “mele”. Sa ma servesc de alte instrumente, de un alt limbaj, pentru a exprima acelasi univers, aceleasi obsesii din benzile mele desenate. De altfel, n-am cautat sa plac, nici sa-mi rotunjesc muchiile. Chiar si Immortel, care in mod curios a fost considerat un “blockbuster”, un film de mare spectacol, nu a sedus cu adevarat pe amatorii de gen. Imi aduc aminte de un tanar care, in cursul unei dezbateri in periferia pariziana, mi-arunca: “Hei, domnu’, nu e nicio incordare in filmul matale!” Filmul a facut totusi un million de intrari.

    Acum doi ani, Bleu sang, una din panzele dumneavoastra, s-a vandut cu 177 000 euro in timpul unei licitatii, un pret care intrece pe cele ale unor artisti contemporani. Ce a insemnat pentru dumneavoastra?
    Nu mi-am cumparat un Aston Martin roz si, contrar zvonurilor, nu am case peste tot in lume, ci numai prieteni care ma gazduiesc. Evident, banii astia ma linistesc, pentru ca in meseria asta nu esti sigur de nimic si nu exista pensie. Pictasem aceasta serie in 1994 si in acea vreme vandusem la vreo 70 000 de franci. Dincolo de persoana mea marunta, aceasta recunoastere economica este un lucru bun pentru Banda Desenata in Franta. In ciuda multora care gandesc asa, aceasta nu este nici o sub-arta, nici o sub-cultura. Din pacate suntem intr-o tara unde verbul domina totul. Autorul este cel care scrie, desenul nu e decat o ilustrare accesorie. Mai mult de-atat, daca sunt prea multe imagini intr-o carte si de imaginar intr-o carte, isi pierde creditul. Nu e serios, desenul este legat de copilarie, iar cand crestem mari ne lasam…

    #4371 Răspuns
    _Maxim
    _Maxim
    Participant

    In 2007, un original din „Bleu sang” s-a vandut la licitatie cu 177.000 Euro.
    Anul trecut o plansa din „Tetralogia monstrului” a fost adjudecata la 145.000 euro.
    Acum galeria pariziana Artcurial propune in aceasta vara o expozitie cu 350 de desene originale realizate pentru ultimul album, „Animal’z”.
    Toate plansele vor fi vandute la licitatie pe 19 septembrie. Chiar daca trendul pare descendent, tot se aduna (x 350!) o suma frumusica!

    Mie mi se pare ca albumul asta a fost facut si cu gandul la licitatie 😀

    A! pentru cei interesati 8) , adresa:
    Artcurial, 7 rond-point des Champs-Elysées

    #4372 Răspuns
    _Maxim
    _Maxim
    Participant

    Canalul France 5 ofera un documentar despre Enki Bilal aici
    http://www.france5.fr/videos/index-fr.php?id=4204
    gratuit pana pe 29 ianuarie

    #4373 Răspuns
    _Maxim
    _Maxim
    Participant

    Ultimul „Bilal” nu este in mod surprinzator o relectura a povestii lui Romeo si Julietei: JULIA & ROEM, la editura Casterman.

    „Un cuplu revizitat in totalitate, manipulat de o planeta care-i pune la incercare pe oameni, pe supravietuitori… Sunt ei in stare sa mai iubeasca? Acesta este pariul acestui album!” spune Bilal, care a pus in pagina deseori cupluri greu incercate – si a fost implicat decisiv si intr-o productie teatral-coregrafica „Romeo si Julieta” de Angelin Preljocaj, pentru care a creat decorurile si costumele.

    „Deuxième volet d’une trilogie sur la planète, ‘Julia & Roem’ creuse la veine post-apocalyptique chère à Enki Bilal. Dans ‘Anima’Z’, les naufragés climatiques naviguaient sur des océans salés à la recherche de points d’eau potable. Cette fois, après le Coup de Sang, nom qui désigne la catastrophe, la Terre n’est plus qu’un désert de sable (d’où le joli camaïeu de couleur ocre) où une poignée de survivants avalent des capsules d’eau en poudre dans un hôtel délabré.
    Dans ce décor brumeux, Bilal plaque une intrigue inspirée de ‘Roméo et Juliette’. Un remake pataud de la tragédie de Shakespeare qui confirme que le dessinateur génial n’est pas un auteur inspiré – les dialogues et la voix-off frisent le ridicule. Le découpage monotone de l’album en cases rectangulaires aggrave le cas d’un récit qui souffre d’un manque de souffle flagrant. Et donne du grain à moudre aux mauvaises langues qui voient désormais chez Bilal moins un dessinateur de bande dessinée qu’un pourvoyeur de planches destinées aux ventes aux enchères – en 2009, 240 pièces de l’album ‘Animal’Z’ ont rapporté 900000 euros. « Si je fais des grandes cases, c’est uniquement par choix artistique et pour explorer d’autres formes narratives », se justifiait le dessinateur dans Le Monde daté du samedi 2 avril 2011. Malheureusement, l’univers « bilalien » tourne ici à la caricature et l’amène à signer un pastiche grandiloquent. Du côté des images en mouvements, le projet ‘Cinémonstre’, semble bien plus intéressant. En remontant les trois films qu’il a réalisés – ‘Bunker Palace Hôtel’ (1989), ‘Tykho Moon’ (1996) et ‘Immortel ad vitam’ – Bilal semble assumer une relecture de son œuvre cinématographique, difficilement regardable en salles mais propice à un ciné-mix d’une heure et des poussières en forme de trip sensoriel.”
    Etienne Sorin

    http://www.evene.fr

    UN SHAKESPEARE AL APOCALIPSEI

    Si ses livres et ses films créent l’événement, ce réalisateur-dessinateur-scénariste de BD a aussi secoué le monde des enchères, lors de la vente chez Artcurial, en 2009, des dessins de son précédent livre, «Animal’ z», totalisant 974.078 euros. Ce printemps, Enki Bilal publie «Julia et Roem» (Casterman), avec un premier tirage de 150.000 exemplaires. Cette variation élégante de «Roméo et Juliette» transportée dans le désert d’un monde en reconstruction, n’est pas une suite du précédent, mais se lit en parallèle.

    Le Nouvel Observateur.- Après le monde aquatique de votre précédent livre, vous passez au désert ocre et gris de «Julia et Roem». Poursuivez-vous votre saga graphique d’un monde post-apocalyptique?

    Enki Bilal.- Je n’aime pas le terme post-apocalyptique. Je ne décris pas de drame, je cite en prologue «le Coup de sang» comme nom du dérèglement climatique généralisé qui s’est abattu sur la Terre. Il s’agit plutôt de la recomposition de la planète, et d’histoires de survivants. «Animal’z» parlait du règne animal, de l’élément aquatique, dessinés sur un papier gris avec une dominante de bleus.

    Dans «Julia et Roem», l’élément terrestre prédomine. Le sol, la terre, une route dans le désert demandaient un autre parti pris esthétique: un papier ocre et des tons sable. Je mélange les images et ne mets le texte que plus tard, ce qui me donne une grande liberté dans le dessin comme dans le récit. Ne plus s’encombrer de bulles donne plus de souplesse et de sensualité.

    N.O.- Pourquoi reprendre des passages de «Roméo et Juliette»?

    Enki Bilal.- Pour recommencer la planète, une histoire d’amour me semblait évidente. Dans ce monde qui se réorganise, il fallait convoquer la littérature, comme si un texte du passé ressortait des entrailles de la terre, comme si elle s’en souvenait. Mon personnage d’aumônier militaire multiconfessionnel en est le guide, le témoin, mon représentant narratif. Il se souvient de la pièce de Shakespeare, trouve rapidement une connivence dans les prénoms des protagonistes, et va retrouver cette langue qui vient du passé, alors que, plus occupé à survivre qu’à se souvenir, nul ne veut plus évoquer son propre vécu. Avant même d’avoir travaillé avec Angelin Preljocaj sur le ballet de Prokofiev, j’avais des affinités avec cette pièce dont je donne une trame épurée.

    N.O.- Vous êtes très impliqué dans l’application iPad de ce livre. Pourquoi?

    Enki Bilal.- Les éditeurs sont friands de ce nouveau média et tous les auteurs devront bientôt passer par là. Avec mes dessins réalisés un par un, et non en planche, l’exercice devient amusant et expérimental. Je ferai la lecture des textes, mon ami le musicien Goran Vejvoda, qui a travaillé sur certains de mes films, met l’application en musique. Ce nouveau matériau est très intéressant.

    N.O.- Les dessins de «Julia et Roem» seront-ils un jour mis aux enchères? Que pensez-vous du récent engouement pour la bande dessinée, nouvel objet de collection?

    Enki Bilal.- Ces dessins n’iront pas en vente. Celle d’«Animal’z» se voulait plutôt un one shot, un concept, avec une grande exposition tout l’été chez Artcurial, et l’occasion de proposer des enchères raisonnables… Je n’ai pas de recul sur ces ventes de bandes dessinées, je les vis. J’ai été un déclencheur de ce phénomène avant Artcurial, dès 2006, après les prix formidables atteints par Hergé. Mais je ne connais pas la nouvelle clientèle et je ne fais pas la cote. La spéculation m’échappe et je pense d’ailleurs que les auteurs ne doivent pas se disperser en vendant trop.

    Propos recueillis par Laure Garcia

    Source: „le Nouvel Observateur” du 28 avril 2011.

Vizualizare 15 articole - 16 la 30 (din 48 în total)
Răspunde la: BILAL
Informația ta: