Lumea BD – Corespondente

Acasă Discuții Diverse Lumea BD – Corespondente

Acest subiect conține 120 de răspunsuri are 9 voci și a fost actualizat ultima dată de _Maxim _Maxim acum 6 ani, 3 luni.

Vizualizare 15 articole - 31 la 45 (din 121 în total)
  • Autor
    Mesaje
  • #1464 Răspuns
    _Maxim
    _Maxim
    Participant

    Ah, am cautat imagini – coperta, ceva… de la antologia MH
    Cine ilustreaza coperta?
    Frederic Beigbeder a trecut si pe la noi, luna trecuta, sa-si lanseze „Egoistul romantic”

    Cu cât câstig mai multi bani, cu atât îmi este viata mai putin bogata.

    CARIERA UNUI SCRIITOR.
    La 30 de ani, se spune ca esti „stralucitor”.
    La 40 de ani, se spune ca ai „talent”.
    La 50 de ani, se spune ca ai „geniu”.
    La 60 de ani, se spune ca esti „rasuflat”.
    La 70 de ani, se spune „înca n-a murit”?

    A fi îndragostit înseamna a fi uimit. Când uimirea dispare, s-a zis. În dragoste, exista 90% curiozitate, plus 10% frica de a nu muri abandonat ca un cacat uscat.

    Ea: – Am putea scrie fiecare câte o carte despre celalalt.
    Eu: – A mea va fi mai buna.
    Ea: – Da, fiindca subiectul e mai interesant.

    Cred ca ar trebui sa ma las de reflectat. Am reflectat bine înainte de a ajunge la aceast? concluzie.

    Secretul meu? Ma fac ca scriu si, profitând de ocazie, scriu.

    În momentul în care am început sa scriu aceasta fraza, credeam sincer ca am ceva interesant de spus, ai, când colo, poftim unde ne-a adus!

    mai mult din Frederic Beigbeder, in cartea lui aparuta in romaneste la Editura Pandora M, 2005 (traducere de Marie-Jeanne Vasiloiu) sau aici:
    http://atelier.liternet.ro/articol.php?art=2777

    Tot mai multi scriitori, actori, regizori, cantareti (etc) vin aici… A devenit Romania o piata interesanta? sau ce?

    Je donne ma langue au… Chat! 😀

    #1465 Răspuns

    Cristina
    Participant

    Am rasfoit Metal Hurlant, sincer nu m-a interesat cine a facut coperta, stiu ca pe a doua pagina se gaseste o poza cu cei patru fantastici de baza ai MH, cu Meobius in semi-profil si descult, o poza foarte beatles-iana. Prima parte este consacrata istoriei, analizei impactului, amintirilor subiective si obiective ale participantilor la aventura si a doua parte este o selectie egoist-romantica a celor mai bune coperte si subiecte MH.
    Legatura lui Frederic Beigbeder cu MH este una la fel de egoist romantica, a fost si el unul din copiiI teribili care a crescut cu MH si a carui formare a fost deformata de lectura MH. Tipul de literatura teaser/ strip/sketch/ replicile slogan/ vin in mare parte din zona de contact cu MH. De altfel, a scris scenariul pentru Rester Normal o banda desenata care chiar a fost premiata la Angouleme in 2003. Si el este un touche-a-tout si dupa experienta exploziva in publicitate a devenit o prezenta ferventa si freceventa pe Canal + si Paris Premiere.
    Cred ca meritul de-a fi venit in Romania se datoreaza mai degraba unor promotori/oameni de media ca Dan Chisu si Lucian Georgescu, de la Grafitti, cel care l-a descoperit pe piata romaneasca acum aproape 2 ani.
    La fel cum o mina de oameni inteligenti au facut tot posibilul pentru a-l aduce pe Greenaway la Festivalul Anonimul. Asa cum dupa 15 ani forte s-au miscat pentru a aduce acasa pe unul din cei mai mari expatriati, parerea mea, si rusinea mea ca a trebuit sa aud de el in Franta, e vorba de Alexandru Balanescu si al sau quartet.
    Multora Romania li se prezinta ca o masa amorfa, ca un fel de calota glaciara,frigul ii sperie, dar daca treci peste metrul de gheata, dai fie de un geyser, fie de un meteorit, fie de un virus ascuns, intotdeauna ceva surprinzator…apropo de surprinzator, se pare ca letonii ne-au imprumutat sloganul de tara „surprising”,Letonia fiind prezenta la Paris cu o expozitie sinestezica intitulata „Etonnante Lettonie”.

    Sa ne schimbam brandul atunci in „subjective Romania”, „interesting Romania”, „dramatic Romania”,ok,nu e foarte original, marturisesc ca duc lipsa de adjective , si mai degraba as abunda in invective. AH, I’ve got one more „mitic Romania” cu m mic de la mitica, un mitic, doi mitici.
    Eu as recomanda Romania ca teren de cercetare, fata de platitudinea actuala stilului de viata occidental, nu ducem lipsa nici nici de subiecte, nici de subiecti.

    #1466 Răspuns
    _Maxim
    _Maxim
    Participant

    Se pregateste uluitoarea Bulgarie si socanta Ucraina!…Bestiala Georgie si Moldova beton! 😆

    Cristina, te asteptam in echipa SyndicART.net!

    #1467 Răspuns
    _Maxim
    _Maxim
    Participant

    O super promovare pentru un album BD, BLACKSAD de Diaz Canales, la Ed. Dargaud:
    http://216.239.39.104/translate_c?&u=http://dargaud.com/dossiers/site_blacksadt3/

    #1468 Răspuns
    _Maxim
    _Maxim
    Participant

    imi pare extrem de rau ca a disparut (pentru a cita oara?!) un proiect la care citiva romani inimosi s-au incumetat. nici nu stiti cit m-am bucurat cind am vazut-o initial in chiosc. poate mi-a trezit si anumite amintiri, de cand eram adolescent si eram disperat dupa reviste cu BD, insa cumparind-o si, evident, citind-o, am vazut ca nu era asa, si o anumita emotie – evident, estetica – era vie atunci, izvorita din benzile acelea desenate din acea revista. Ei, bine, iertata fie-mi proustizarea, dar sunt melancolic de la stirea abia primita cu disparitia revistei. Era un semn de sanatate culturala aparitia unei asemenea reviste, intrasem si noi in rindul lumii, dar se vede ca mai avem inca de asteptat. Am participat la vreo doua saloane BD desfasurate la Constanta, caci din fericire, sunt constantean, si ambasada Frantei ne face un dar frumos, ajutindu-ne sa organizam asa ceva (noi, romanii, adica). Dar nu-i de-ajuns. din primele numere ale Caruselului am vazut ca Sandu Florea e pe undeva prin America, Sorin Anghel pe undeva prin Franta, Nicolae Franculescu, am inteles ca imagineaza scenarii prin alte galaxii. Noi am ramas cu esecurile… Acum cioranizez. Iertare.
    Pai, cum sa-ncep, cred ca amorul meu cu BD-ul s-a deschis cu Soimii patriei, eram si eu unul, si la gradinita, cum sa nu-ti placa desene frumos colorate, chiar daca nu sti inca sa citesti despre ele. Dar chiar daca nu sunt animate, parca sunt vrajite, fara sa stii sa citesti, intelegi. Asa cum fara sa stii franceza, te uiti la Pif si Hercule (a se citi hercule nu herchiul). Desigur, a aparut apoi si Luminita, o revista mai mare. Iar daca se tine cont si de cartile de povesti pline de poze pe care prescolarul le umple la fiecare citire cu propriile desene, iata amintirea completa dintr-o copilarie „artistica”.Si a venit si scoala, cu Cutezatorii, care se cumpara exclusiv pentru coperta a patra, plina TOATA cu benzi desenate. – Sa mai amintesc de minunatele 2 numere din „Vacanta cutezatorilor” numai cu BD-uri? – Ce daca cele mai multe erau pe teme istorice, cu Decebal, Mircea, Burebista etc, – mie-mi placea istoria – sau cu eroi ai soietatii socialiste, erau tot desene. Dar complete. De fapt desene cu scenarii, cu anumite povesti si dialoguri, cu episoade cu puncte culminante. Incepea cultura. Se stie acum de Puiu Manu, Sorin Anghel, Stefan Damo etc. Si mai ales febletea, Valentin Tanase si compania (Liana Tanse, Radu Vintilescu). Stilul sau curat si realist ma transforma in „fan” adevarat. Cumpar tot ce pot de el, de la Povestiri istorice, la carti proaste, dar cu coperti ce-i poarta semnatura. Si sunt un asa admirator, ca iau foi de calc si-ncep sa-i copiez desenele. In citiva ani, imi „fac mina”, si-mi realizez propriile BD-uri in caiete cu foi veline. Mai apare Luceafarul copiilor, o revista asemenea celor interbelice. De pe la anticariate si la schimb, nu lipsesc Pif-urile si Rahanurile. In 1988 parca, Cutezatorii fac un concurs BD, de continuare a unui prim episod dintr-o banda, „Cuibul de foc”. Mi-e frica sa particip, dar o vecina de-aceeasi virsta face scenariul si-mi face curaj sa particip. M-apuc de treaba. Iau premiul II. Fericire. Continui cu desenul, dar vine revolutia, eu am 14 ani, si abandonez, apar examenele… Dar incep sa apara si citeva reviste. Apare în 90 Carusel cu 3 Proteusuri, in 91 Anticipatia scoate 2 numere din Android, apare revista MIcky Mouse (caci sa nu uit, fusesem si un impatimit Walt Disney). Si cam atit. Nimic in Romania. Prin 97 vreo 2 numere din Quadrat, si-acum 2 numere din Carusel. E-adevarat, au mai aparut ceva traduceri, Rahan, Omul paianjen, dar parca nu-i tot acelasi lucru, ca cele de-acasa. Acum am aproape 30 de ani, si nu-mi vine sa cred ca nici acum nu exista O SINGURA REVISTA BD care sa nu sucombe prea curind. Si ce pacat ca artistii trebuie sa mai deseneze vreo coperta de carte, vreo ilustratie la vreo revista, sau pur si simplu sa plece din tara, cum si eu ma gindesc s-o fac pina la urma.
    PS Domnule Marian Mirescu, daca sunteti cel care a colaborat la editura Cristian din Craiova si-ati tradus Undeva, cândva, Stea dubla, si-ati ilustrat Capitanul Fracasse si Stea dubla, multe felicitari. As indrazni prea mult rugindu-va sa ma-ndrumati spre citeva site-uri internet cu BD-uri?
    Cu multumiri pentru rabdarea citirii acestui lung ravas, salutari de la Constanta!

    #1469 Răspuns
    _Maxim
    _Maxim
    Participant

    Dragos regreta disparitia Caruselului. De aici recursul la…amintiri

    #1470 Răspuns

    Dominus
    Participant

    Frumoasa si trista scrisoare 🙁

    #1471 Răspuns
    _Maxim
    _Maxim
    Participant

    un petit conte pour les copains :

    Comment j’ai connu Pif et ses amis et voulu les rejoindre
    Nous sommes derriere le rideau de fer dans les années de guerre aussi froide que pouvaient etre les hivers de Roumanie, dans les années 50. Croyez-moi, c’était quelque chose: mes souvenirs des hivers de cette époque, c’était la neige dégagée sur le bord de la route qui dépassait facilement mon hauteur de l’époque, et ça n’était pas inhabituel.
    Né dans une belle et grande maison a Bucarest, qui par la volonté de l’histoire et des alliés, ressemblait, pour mon jeune age et a mon ingénuité, plus a la pension Radicelle qu’a la demeure du Docteur Jivago, je découvrais Vaillant le journal le plus captivant.
    C’est ma tante, la soeur de ma mere, avec l’air sévere de Mlle Radicelle qui surveillait de pres mon éducation, apres celle de mon frere aîné. Médecin, elle était prete a passer son métier apres notre bonheur. Elle avait réussi a donner a mon frere le gout pour la lecture et pour la langue française. Son arme la plus efficace était des grands et beaux albums, des recueils de Vaillant, le journal le plus captivant qu’elle dénichait dans l’arriere-boutique d’une petite librairie qui ne payait pas de mine. Et elle était prete a se battre, pour les avoir. Elle m’avait raconté comment, un jour, un de ses chefs, arrivé apres elle, essayait de les lui piquer. Je me l’imaginais volontiers, défendre héroiquement ces trésors à coups de parapluie. Bien fait !
    Tout ce que je me souviens de cette époque éloignée, dans les années 50, ce sont les histoires joyeuses et colorées de Pif et de sa famille, de Placid et Muzo, de la Pension Radicelle et aussi les fantastiques aventures du petit fantôme, Arthur. Je dévorais tout ça du regard, plus que je ne lisais. En effet je n’avais pas encore appris a lire, mais m’immerger si tôt dans cet illustré au format aussi grand que moi, m’ouvrira un amour pour l’image sous toutes ses formes. Je garderai toujours en mémoire cette odeur de papier et d’encre qui ont longtemps bercé mon enfance.
    Quelques années plus tard, au tout début des années soixante, je me rappelle notre facteur qui, dans son grand carton gris plié, lui servant de musette, accroché a son épaule par un cordon en cuir, nous apportait le courrier, mais surtout, chaque semaine, le journal Vaillant. Nous avions un lapin noir qui, tous les matins, nous rendait visite dans notre lit et semblait encore plus heureux, avec nous, les jours ou il participait a la cérémonie de la lecture du journal le plus captivant. La passion pour ces amis imaginaires et leurs aventures était devenue si forte que j’envisageai déja de les rejoindre. Je devais avoir quatre ans quand j’ai organisé une premiere tentative. J’ai prémédité mon coup. Dans la maison, une petite valise de la taille d’un attaché-case, avait pour moi la taille d’une vraie valise. Apres y avoir rangé l’essentiel: un oreiller et, comme le célebre Linus (des Peanuts), la couverture, je me suis paré de mes plus beaux attributs, mon beau costume pour les-dimanches-et-jours-de-fete, un tres beau costume marron en velours rayé, un deux-pieces: veste et pantalons courts. J’étais tout fier dedans, ça me changeait des vieux vetements de bébé que je portais ces dernieres années. Il était pour moi entendu que les amis que je voulais rencontrer se trouvaient quelque part a Paris. Et Paris, pour moi, était un endroit suffisamment éloigné, ou l’on se rendait forcément en train. Et pour prendre le train, c’était entendu, je devais me rendre a la grande gare, la Gare du Nord de Bucarest. Et pour parvenir a cette fameuse gare, il y avait un moyen tres fiable, c’était la ligne de bus numéro 33 (comme chez le médecin). Et ce bus se trouvait, je le savais, au coin de ma rue, limite de mon univers connu et exploré. Cela ne m’empechait nullement de partir d’un pas joyeux, en sifflotant aussi peut-etre, pour me rendre a l’arret du bus. Heureusement, pour mon existence et aussi, je l’espere, pour le plaisir que vous pouvez éprouver aujourd’hui a me lire, une autre tante, car j’en comptais beaucoup plus a l’époque, m’intercepta et me poussa gentiment a regagner mon domicile. Cette drôle d’histoire, somme toute avec une belle fin, ma toute premiere aventure dans le monde de la bande dessinée, une bonne dizaine d’années plus tard, me faisait avoir une excellente note en français, pour une composition libre sur le theme, un peu bateau, je vous l’accorde, du plus beau jour de ma vie. Mais ce qui est encore plus impressionnant, c’est que vingt ans plus tard, je me rendais a la rédaction de Pif Gadget, pour trouver du travail.
    (a suivre)

    #1472 Răspuns
    _Maxim
    _Maxim
    Participant

    L’année des révolutions et des retrouvailles
    Dans les années soixante, comme la plupart des enfants roumains de mon age, j’ai eu une enfance heureuse et sans beaucoup de soucis. Mais, meme nous, nous sentions qu’une chape d’interdits était en train de laisser passer quelques rayons de soleil. Apres Nixon, le général De Gaule vient aussi a Bucarest. Il devra écourter son voyage pour les raisons que l’on connaît. Le printemps de Prague sera rapidement écourté par les troupes du Grand frere et notre Conducator allait nous convier a son discours flagellateur. Les plus grands et téméraires d’entre nous étaient prets apartir se battre contre le menaçant voisin.
    J’étais loin de mesurer l’importance de cette année si riche en événements, pour mon propre avenir.
    Apres 1963-1964, nous avons été privés quelques trop longues années de Vaillant, je n’ai jamais su pour quelle raison, étions-nous devenus trop grands, mon frere et moi, pour que nous continuons avec de pareilles enfantillages qui aurait pu nous éloigner du droit chemin de l’école ou de basses questions matérielles, qu’on m’aurait caché.
    Nous voici en 1968, début septembre, juste avant la rentrée des classes, un matin comme tant d’autres, je rencontre un copain qui venait d’acheter un numéro de Vaillant, qui, je le découvre a cette occasion, avait un nouveau nom, le Journal de Pif.
    Ce copain, un ami du quartier, était comme Totoche, quelqu’un qui imposait par son courage et aussi ingénieux que l’Ingénieur, car tres porté sur le bricolage. Dans un coin de cour de la maison de sa mere, il avait construit une espece de cabine de voiture, de poste de pilotage, avec volant, levier de vitesses, frein et tout sorte de mécanismes dont mon entendement était dépassé a l’époque, et peut-etre meme aujourd’hui. Plus tard il aurait voulu conduire un camion, comme son pere, et il s’entraînait a sa façon. Il avait aussi mis au point des colts qui tiraient des fléchettes, avec un systeme proche de l’arbalete et sans doute plus efficace que les colts a amorces et patates du vrai Totoche dans Belleville City. Plus tard je l’ai perdu de vue et je n’ai jamais pu lui demander si cet épisode des aventures de Totoche, lui avait inspiré son invention.
    Pour revenir a nos moutons, surpris par le nouveau titre, j’ai reconnu tout de suite mes anciens amis: Pif, Placid et Muzo et tous les autres.
    J’ai demandé a mon copain ou a-t-il trouvé l’objet et je me suis empressé de l’acquérir aussi. Il s’agissait du numéro 1215, je me le rappelle précisément grâce aux couvertures du site Pif-Collection bien sur et j’ai réussi a le retrouver grâce a DLGDL.

    Le soir meme, ma tante, Mlle Radicelle, le sourire aux levres, m’apportait ce meme n° 1215 qu’elle avait trouvé en province, ou elle travaillait a l’époque. C’était sans doute un Signe ! En tout cas j’en profitai pour demander qu’il se répete toutes les semaines.
    Je me suis réjoui que Pif était de nouveau dessiné par Arnal. J’aimais beaucoup le dessin plus dynamique de R. Mas, mais je devais avoir un véritable culte pour le dessin qui me semblait tellement parfait de Cabrero Arnal. Il faut vous raconter que pendant ces années sans Vaillant, pour une raison inconnue la plupart des fameux recueils ont disparu, il ne me restaient que quelques albums de Placid et Muzo et plusieurs Roudoudou et Riquiqui de la meilleure époque et Arnal gardait ainsi une place de choix dans mes souvenirs.
    Apres les retrouvailles des anciens copains comiques ou réalistes, j’ai découvert et adopté de novelles séries, comme Zor et Mlouf, ou Les As, ainsi que mon premier poche, justement Les As Poche N°1.
    En meme temps que la découverte hebdomadaire des nouvelles aventures de mes amis, commença aussi ma grande quete, acheter des numéros anciens pour connaître les débuts des histoires a suivre » et petit a petit cette curiosité était remplacée par l’envie du collectionneur. Les nombreux antiquaires – bouquinistes de Bucarest ne demandaient qu’a m’aider dans ma démarche.

    Apres le numéro Spécial Noël, au beau milieu du mois de décembre, avec l’arrivée du froid et de la neige, suite a un retard inhabituel de livraison de Pif, une grande frayeur me saisit. Mon grand frere, humoriste né et qui sait apprécier son humour, de retour a la maison avec notre tante me donnent un numéro spécial de L’Humanité Dimanche, en me disant que c’est une nouvelle formule de Vaillant le journal de Pif. Habitué aux changements de formule de mon journal préféré, et sans doute un peu sous la nostalgie de l’ancien grand format de Vaillant, j’étais pret a le croire. Il y avait une grande planche en couleur de Pif, qui était aussi grande et belle que dans mes plus anciens souvenirs, mais ou étaient les amis de Pif, comment j’allais connaître la suite de leurs aventures, allaient-ils revenir la semaine suivante ? Heureusement, la semaine suivante, Pif revint avec ses numéros normaux, le changement était dans l’air, mais il n’était pas encore d’actualité.
    preluare din forumul Pif-Collection http://forum.nancy.net/viewtopic.php?t=980&postdays=0&postorder=asc&start=0

    #1473 Răspuns
    _Maxim
    _Maxim
    Participant
    #1474 Răspuns
    _Maxim
    _Maxim
    Participant

    http://www.primalinea.com/peursdunoir/
    PEUR[S]
    DU NOIR

    un film de animatie A/N

    La Festivalul International BD de la Angouleme, se inchide azi, 29 ianuarie 2006, expozitia care prezinta etape ale realizarii acestui film: schite, storyboard, animatii, decupaje, teste de miscare, muzica, dialoguri…
    Au participat Blutch, Charles Burns, Marie Caillou, Romain Slocombe, Richard Mc Guire, Michel Pirus, Pierre Di Sciullio, Dupuy & Berbérian, Lorenzo Mattotti si Jerry Kramsky, sub directia artistica a lui Etienne Robial.
    (mai multe la http://www.magelis.org/)

    Apropo de Angouleme: Mangamania la Angouleme: http://www.lepetitjournal.com/content/view/3698/618/

    #1475 Răspuns

    Cristina
    Participant

    Consiliul municipal si orasenesc al cetatii Angouleme a hotarit sa ofere marea cheie a davei si premiul capitalei de judet…….. musca, va rog…… inefabilului donjonistului Lewis Trondheim. Ura! Ura!Ura, pe 10 volume din seria Lapinot, ura!!!!!!
    Angouleme 2007 se anunta deja memorabil datorita reformelor anvizajate de viitorul presedinte al Festivalului, care speram ca-si va reveni dupa efectul-supozitor produs de vestea cistigarii acestei distinctii.
    Iata programul revolutionar al domnului presedinte, si permiteti apozitia, director al colectiei Shampooing la Dargaud, pentru ca merita:
    Intrare gratuita pentru toti spectatorii,test de desen pentru toti desenatorii, dictare pentru scenaristi si test de cultura generala pentru toti editorii si daca sistemul actual al premiul nu satisface pe toata lumea, instauram altele: Premiul Carrefour pentru cea mai bun intilnire scenarist/desenator, Premiul Mammouth pentru dinozaurii frustrati din BD,premiul Casino pentru anti-talentul baftos si lista poate continua.
    Eu stiu cu cine votez in 2007!Bzzzzzzzzzzzzzz
    http://www.lewistrondheim.com/

    #1476 Răspuns
    _Maxim
    _Maxim
    Participant

    The winner is…si pe blogul lui Ciubi
    (+ poze superBEee de la mare)
    http://undergroundbd.blogspot.com/

    Imi place trofeul!! simplu si de efect! parca-i un album…transparent, ca o ciudata holograma! (a fost prima impresie 😛 )

    #1477 Răspuns
    _Maxim
    _Maxim
    Participant

    Un vechi amigo si colaborator la „AH, BD!”, Edgar Franco, va lansa o revista digitala-obiect!
    Fiti… pe faza!

    http://www.fabiofon.com/noisgrande/home.html

    #1478 Răspuns
    _Maxim
    _Maxim
    Participant

    trei filmulete cu Enki Bilal despre binomul lui favorit BD (SF) si Cinema (SF):
    http://xl.repubblica.it/dettaglio/9462?sso

    Enki porte…mes paroles.
    Ce qui est tristement vrai c’est que les distopies…recuperent, s’averant des anticipations a court terme – comme l’Orange mecanique qui devint obsolete dans un peu plus de deux douzaines d’annees! Cette Mecanique-la, nous Y vivons!

    L’oeuvre de Bilal n’est qu’une fracture dans un present…continuu

Vizualizare 15 articole - 31 la 45 (din 121 în total)
Răspunde la: Lumea BD – Corespondente
Informația ta: